mardi 19 juin 2018

Droit d'interpellation : la pétition en ligne sur la plateforme du CD35

La pétition pour le maintien de l'allocation de l'aide sociale à l'enfance est désormais sur la plateforme dédiée du conseil départemental ! Vous pouvez dès maintenant utiliser votre droit d'interpellation !

Il nous faut atteindre désormais les 5000 signatures, dans au moins 5 cantons différents sachant qu'un canton ne peut pas représenter plus de 1250 signatures !

N.b. : L'interpellation ne concerne que les personnes résidentes en Ille-et-Vilaine.


A vos claviers ! Il suffit de cliquer sur "je signe" à droite de l'écran, puis de valider sa signature via un mail qui vous sera envoyé (vérifiez votre boîte spam si vous ne le trouvez pas).


A demain, mercredi 20 juin, 17h, Dalle Kennedy 
pour la manifestation !

mardi 12 juin 2018

Maintien de l'allocation de l'ASE : Pétition en ligne !

La suppression de l'allocation de l'aide sociale à l'enfance par le CD35 est une catastrophe annoncée pour des centaines de familles (sur-)vivant en Ille-et-Vilaine !

Il nous faut agir vite : jeudi 21 et vendredi 22 juin, le Conseil Départemental se réunit en session plénière. Les élu.e.s peuvent mettre à l'ordre du jour de cette session la question de l'allocation de l'ASE. Il faut donc montrer que nombre de personnes sont indignées par le rabotage dont fait l'objet la protection de l'enfance !

Signez dès maintenant la pétition en ligne :





Et pour rappel : Manifestation prévue mercredi 20 juin à 17h, rendez-vous sur la Dalle Kennedy à Rennes !

lundi 11 juin 2018

Concert de soutien - Lisa Papail

Un Toit c'est Un Droit vous convie jeudi 14 juin 2018 au Bar le Panama pour assister au concert solidaire de Lisa Papail !

L'argent récolté au cours de cette soirée permettra de financer les logements sous convention mis à disposition aux personnes sans-abris et portés par l'association : payer les assurances, les factures de fluide, les travaux de remise aux normes ; mais également financer divers projets qui permettent de faire sortir les personnes migrantes de leur quotidien !



Un mot sur l'artiste :
Lisa Papail reprend des chansons d'ici et d'ailleurs, d'hier et d'aujourd'hui accompagnée par son guitariste.
Son répertoire est assez varié : soul/swing jazzy/bluesy avec une voie hypnotisante à vous donner le frisson !
Allez voir son site  :  https://www.info-groupe.com/lisapapail/

Merci au Bar le Panama de nous accueillir pour la soirée !

A Jeudi, venez nombreuses et nombreux !

vendredi 8 juin 2018

Manifestation : Maintien de l'allocation de l'Aide Sociale à l'Enfance !

NON A LA SUPPRESSION DE L'ALLOCATION DE L'AIDE SOCIALE A L'ENFANCE !

Le Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine a voté le 27 mars dernier la fin de l'allocation mensuelle d'aide sociale à l'enfance pour les familles étrangères. Cette mesure prive les familles les plus précaires de leur dernière source de revenus ! A partir du 1er septembre 2018, cette allocation d'urgence sera supprimée pour toutes les familles ressortissantes européennes, et sera limitée à 6 mois pour les autres.

Le département va se soustraire à sa responsabilité de protéger tous les enfants vivant sur son territoire, et plonger les familles les plus fragiles vivant parmi nous dans une plus grande précarité encore. Des familles qui n'ont pas l'autorisation de travailler et qui ne bénéficient d'aucune autre aide, si ce n'est le soutien des associations humanitaires, qui ne pourront pas augmenter leurs dons pour répondre à ces nouveaux besoins. Sans aucune ressource, les familles ne pourront plus subvenir à leurs besoins les plus fondamentaux, les enfants ne pourront plus fréquenter les cantines scolaires... Des enfants scolarisés dans nos écoles, déjà souvent confrontés à des conditions de logement indignes, vont connaître des carences alimentaires et une marginalisation accrue.

Les départements sont en charge de la solidarité humaine, et de la protection de l'enfance.

N'acceptons pas que l'Ille-et-Vilaine se dispense de cette obligation envers les enfants les plus précaires vivant sur son territoire !

C'est pourquoi, le collectif inter-orga de soutien aux personnes migrantes appelle à une manifestation, mercredi 20 juin à 17h, partant de la dalle Kennedy jusqu'au siège du Conseil Départemental !



Il importe que nous faisions masse : si nous ne montrons pas notre indignation face à la suppression de cette aide, ce sont des centaines de familles qui seront définitivement sans aucune ressource !

PARTAGEZ AUTOUR DE VOUS !

LA SOLIDARITÉ N'EST PAS UNE CHARGE, C'EST UN DEVOIR !

lundi 4 juin 2018

Fin de l'allocation de l'aide sociale à l'enfance : catastrophe annoncée !

Le Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine a voté en mars dernier la fin de l'allocation mensuelle d'aide sociale à l'enfance pour les familles étrangères. Cette mesure prive les familles les plus précaires de leur dernière source de revenus !
A partir du 1er septembre 2018, cette allocation d'urgence sera supprimée pour toutes les familles ressortissantes européennes, et sera limitée à 6 mois pour les autres.

Le département va se soustraire à sa responsabilité de protéger tous les enfants vivant sur son territoire, et plonger les familles les plus fragiles vivant parmi nous dans une plus
grande précarité encore. Des familles qui n'ont pas l'autorisation de travailler et qui ne bénéficient d'aucune autre aide, si ce n'est le soutien des associations humanitaires, qui ne pourront pas augmenter leurs dons pour répondre à ces nouveaux besoins.

Sans aucune ressource, les familles ne pourront plus subvenir à leurs besoins les plus fondamentaux, les enfants ne pourront plus fréquenter les cantines scolaires... Des enfants scolarisés dans nos écoles, déjà souvent confrontés à des conditions de logement indignes, vont connaître des carences alimentaires et une marginalisation accrue.

Les départements sont en charge de la solidarité humaine, et de la protection de l'enfance. N'acceptons pas que l'Ille-et-Vilaine se dispense de cette obligation envers les enfants les plus précaires vivant sur son territoire !

AGISSONS !

Utilisez votre droit d'interpellation auprès du Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine !
Il faut réunir 5000 interpellations dans 5 cantons différents (pas plus d'un quart des signatures dans un canton) d'Ille-et-Vilaine afin que le sujet de la suppression de cette aide revienne à l'ordre du jour du Conseil Départemental.
Utilisez votre droit et partagez l'initiative à toutes vos connaissances habitant dans le 35 !
(Proposition de texte dans le tract ci-dessous)




Envoyez une carte postale - pétition au Conseil Départemental d'Ille-et-Vilaine !
Comme il est « à charge pour les services départementaux de vérifier la recevabilité de l'interpellation», dans le doute, nous préférons aussi vous inviter à signer et à faire largement signer la carte pétition ci-jointe.



Une manifestation est bientôt prévue.


PARLEZ EN AUTOUR DE VOUS !

LA SOLIDARITÉ N'EST PAS UNE CHARGE, C'EST UN DEVOIR !

jeudi 12 avril 2018

Concert solidaire - Marion Rouxin

Concert solidaire au Coin des Mondes jeudi 19 avril à partir de 20h30 !

L'artiste Marion Rouxin, soutien de Un Toit c'est Un Droit qui avait déjà chanté au Jardins de La Poterie il y a un an remet le couvert !
Elle nous fera le plaisir de chanter ses nouvelles compositions !

Cette soirée sera l'occasion de s'amuser tout en récoltant des dons pour payer les factures et les divers travaux dont les logements des personnes migrantes soutenues par Un Toit c'est Un Droit ont besoin !

Un planteur solidaire, désormais mondialement reconnu, sera proposé à 2€ le verre !




Un mot sur l'artiste :

"Après « Je t'écris », « Légère » et « Land art » qui avaient emmenés Marion Rouxin en tournée à travers toute la France, la chanteuse nous livre son 4ème album « L'Autre » qui sortira à
l'automne 2018. Dès janvier 2018, elle présentera son nouveau spectacle et démarrera une tournée nationale qui se poursuivra durant toute l'année.


Avec ce 4ème opus, Marion vient poser une nouvelle fois son regard sensible sur le monde.
Elle y questionne l'autre, l'autre soi, l'autre qu'on aime, les autres, leurs altérités, dualités et complémentarités. Ils sont évoqués à travers le prisme du départ, du temps, du voyage, de l'exil...chaque chanson est une exploration, en un jeu de miroirs, des liens et des fils qui apparaissent, se mêlent et disparaissent tout au cours de la vie.

Pour jouer et interpréter cet album sur les planches, il semblait juste que le spectacle soit incarné et mis en scène pour un duo : celui de la chanteuse et son alter ego, le pianiste Edouard Leys."

Plus d'infos : www.marionrouxin.com/Lautre_officiel/Accueil.html

A jeudi donc, venez nombreuses et nombreux !

mercredi 4 avril 2018

Samedi 7 Avril : Mobilisons-nous contre la loi Collomb !

Aujourd'hui, le projet de loi Asile Immigration (sobrement nommé « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif ») est en discussion à l'Assemblée Nationale.

Ce texte liberticide, concocté par Gérard Collomb, vise à accélérer les procédures (garantes des droits des personnes étrangères) afin d'être plus efficace dans l'éloignement (comprenez "juger plus vite, pour expulser plus vite").

Le gouvernement semble bien décidé à garder le maximum des mesures mortifères prévues dans le texte :
« Mais sur l'essentiel du texte, je ne changerai pas, a-t-il [Gérard Collomb] martelé. Sinon, je croirai rompre au plus profond de moi-même avec ce que j’ai pu constater depuis vingt ans de pratique politique. » (cf. Le Monde)

A titre d'exemple :
- Le passage de 45 jours de rétention maximum à 90 voire 135.
- La possibilité pour les services de l'Etat de traquer les personnes sans-papiers dans les centres d'hébergement d'urgence INCONDITIONNELS
- La possibilité pour un demandeur d'asile d'avoir une audience en visio-conférence
- Les délais de recours en cas de refus de demande d'asile diminués à deux semaines
- L'enfermement généralisé et légalisé des personnes en procédure "Dublin"... (pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du Gisti)

Tellement décidé à tout faire passer que, comme nous l'informe le Gisti :
« Le gouvernement a décidé de l’adoption de cette loi en urgence, son élaboration fait donc l’objet de la procédure accélérée prévue à l’article 45, alinéa 2, de la Constitution (une seule lecture par chambre du Parlement). »

Pour résumer, ce texte contient tout un ensemble de mesures qui impose une lecture déshumanisante et déshumanisée des parcours des personnes en situation d'exil. Il signe l'arrêt de la politique d'accueil des personnes migrantes, et porte atteinte aux droits fondamentaux contenus dans de nombreux textes.

Plus que jamais, nous devons nous mobiliser contre ce projet ignoble !

FAISONS MASSE SAMEDI 7 AVRIL, A 15h, LORS DE LA TRIPLE-MARCHE du Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes !

Trois départs auront lieu et convergeront vers la Préfecture de Région, rue Martenot :
  • Rendez-vous à 15h à la Place du Gast, Maurepas, à la marche pour l'ouverture d'un centre d'accueil inconditionnel !
  • Rendez-vous à 15h, sur la Dalle Kennedy, à la marche pour la suppression des accords de Dublin !
  • Rendez-vous à 15h, à la Place de Zagreb au Blosne, à la marche pour l'arrêt des tests médicaux pratiqués sur les mineurs isolés !





LA SOLIDARITÉ N'EST PAS UNE CHARGE, C'EST UN DEVOIR !

Procès des pratiques de l'extrême-droite - Soutien aux "fiché.e.s"


Lundi 9 avril 2018 : procès des pratiques de l’extrême droite

Deux ans après le dépôt de notre plainte, c’est finalement le 9 avril 2018 à 14h que se tiendra au tribunal correctionnel de Rennes le procès du rédacteur du journal Breiz Atao pour diffamation, injure et provocation à la commission de crimes ou de délits.

Ce procès est pour nous l’aboutissement d’une mobilisation visant à dénoncer les pratiques de l’extrême droite : « fichage » sur les réseaux sociaux, mais surtout menaces de violences et de mort. Les personnes visées sont notamment de militant.es engagé.es dans le soutien aux migrant.es et aux personnes sans papiers, dans la lutte contre le sexisme et l’homophobie, mais aussi de « simples citoyen.ne.s », des chercheur.ses, des artistes. Selon l’extrême droite, toutes ces personnes auraient en commun d’être des « fonctionnaires » ou, à défaut, des « asociaux » ou des « travailleurs subventionnés ». Ce fichage prend la forme de « notes de renseignement » accompagnées de commentaires menaçants ou d’éditoriaux appelant à « détruire l’extrême gauche », à « repérer, identifier, détruire [...] les derniers lépreux du gauchisme », ces lépreux étant avant tout « de maigres cohortes de pouilleux composés de marginaux édentés, de drogués, de SDFs en état d’ébriété avancé, de fonctionnaires petits-bourgeois, de lesbiennes hystériques et autres sodomites patentés »....

Nous avons reçu au cours de cette mobilisation beaucoup de soutien, que ce soutien soit politique ou financier. Nous proposons aux organisations et aux individus qui le souhaitent de se joindre à nous le lundi 9 avril 2018 à 13h devant la Cité judiciaire pour partager un café, avant de se rendre ensemble au procès (qui sera ouvert au public).

Les fiché.es d’Ille-et-Vilaine




lundi 26 mars 2018

Ciné-débat "Le sac, ma maison"

Mardi 27 mars, à partir de 18h, au CRIJ/4 Bis, venez assister au ciné-débat organisé par le Point Information Logement Jeunes !
Le film projeté sera "le sac, ma maison".
Puis suivra un débat auquel Un Toit c'est Un Droit participera !


A demain !


vendredi 23 mars 2018

31 Mars - STOP EXPULSIONS !

Le 31 mars, c'est la fin de la trêve hivernale. C'est donc la date qui marque la reprise des expulsions et de la remise à la rue des personnes précaires.

Mais depuis des années, le 31 mars, c'est également un jour de mobilisation !
Contre la fin de la trêve hivernale !
Contre les expulsions !
Et pour un logement digne et stable pour TOU.TE.S !


La baisse des APL, le projet de loi ELAN, la traque des exilé.e.s qui va s'intensifier avec le projet de Loi Asile-Immigration... Autant de mots d'ordre qui imposent d'agir !

Retrouvons-nous, en bas de la Place des Lices, samedi 31 mars, à 10h, avant de partir en cortège !

L'après-midi, rendez-vous à 15h à Nantes pour continuer la mobilisation !




 UN TOIT POUR TOU.TE.S, MAINTENANT !

Repas Solidaire #1 - Babazula

Samedi 31 mars, au Babazula (182 avenue G. Patton), à partir de 20h, l'association Un Toit c'est Un Droit vous invite à partager un repas solidaire ! 

Ce sera l'occasion de rencontrer les personnes migrantes, et d'échanger autour d'un bon repas !

Pour cette première édition, venez goûter aux spécialités africaines préparées par la communauté migrante !

Attention : le nombre de place est limitée au Babazula, l'inscription est donc obligatoire.

Vous pouvez réserver ici : untoitundroit35@gmail.com, en MP sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/untoitestundroit35/) ou là : 07 85 12 03 54


Le prix du repas est fixé à 10€, et l'ensemble des dons recueillis serviront à payer les dépenses quotidiennes des différents logements (eau, électricité, fioul...).


VENEZ NOMBREUSES ET NOMBREUX !

jeudi 15 mars 2018

Inauguration du Printemps des Poètes

Vendredi 16 mars à partir de 18h30, rendez-vous au CRIJ/4 Bis pour l'inauguration du Printemps des Poètes et du festival "les Polyphonies" qui a pour thème cette année : "Penser l'hospitalité".

A cette occasion, le fruit du travail d'écriture mené pendant plusieurs mois par des migrant.e.s sera présenté.

En collaboration avec l'association Un Toit c'est Un Droit, la poétesse Maire Cosnay et la Maison de la Poésie.




Nous serons également présents toute la journée du vendredi au CRIJ/4 Bis dans le cadre d'un forum des associations.

Venez nombreuses et nombreux !


lundi 26 février 2018

Rassemblement : Plus personne à la rue !

Partout en France, une vague de froid s'installe et fait baisser les températures.
Partout en France, les préfectures se mobilisent et activent le plan grand froid.
Partout en France, on considère que laisser des personnes à la rue sous -10°C c'est impensable.





Partout en France? Non !



Le Préfet Mirmand résiste encore et toujours à l'élan d'humanité qui est prévu en cas de grand froid. En Ille-et-Vilaine, il n'y aura donc pas d'activation du plan grand froid, sous prétexte que les températures ne sont pas assez basses...

Le scandale de cette déclaration ne serait pas complet si les services de la Préfecture ne conseillaient pas ensuite d'appeler le 115 si l'on se trouve en difficulté.

Donc, si pas de places supplémentaires mises à disposition pour cet épisode de grand froid, combien y'aura-t'il de chance d'obtenir une réponse positive de la part du 115?
Réponse : 1 demande sur 3. (Chiffres du 115).

L'association Un Toit c'est Un Droit milite pour le Droit au Logement de tou.te.s, toute l'année et quelque soit les températures et les situations.
Mais là on dépasse les limites de l'acceptable avec la non-activation du plan grand froid.
Le préfet attend-il la mort d'un.e sans-abri pour l'activer ?!!

Code de l'Action Sociale (art. L 34522) :
« Toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès à tout moment à un dispositif d'hébergement 
d'urgence ».

Ce ne serait pas la première fois que la Préfecture d'Ille-et-Vilaine contreviendrait à la loi. Mais cette fois-ci, le risque de mort est plus que jamais inquiétant !


RASSEMBLONS-NOUS, MERCREDI 28 FÉVRIER, A 20H00, DEVANT L'ABRI DE NUIT POUR EXIGER L'ACTIVATION DU PLAN GRAND FROID ET UN LOGEMENT POUR TOU.TE.S LES SANS-ABRIS !


UN TOIT, UN DROIT, POUR TOU.TE.S !


mardi 20 février 2018

#StopDublin

Une superbe vidéo explicative du règlement européen Dublin. Ce règlement injuste et aberrant qui constitue une machine à expulsion et qui attaque le droit d'asile.
Pour celles et ceux qui ne connaissent pas bien ce règlement, c'est une vidéo à partager sans modération !


Plus d'infos sur : http://www.stopdublin.fr/

lundi 19 février 2018

Journée du deuil des droits des étrangers - Mercredi 21 février

Après de nouvelles atteintes insupportables au droit d'asile, notamment le vote en catimini jeudi soir dernier par une cinquantaine de députés d'une loi autorisant le placement en rétention de personnes en situation RÉGULIÈRE sur le territoire français (cf. http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2018/02/16/une-loi-adoptee-sur-la-retention-des-dublines_5257691_1654200.html),

l'apparition d'offres d'emplois des plus nauséabondes :


et dans la perspective du projet de loi asile du gouvernement, présenté ce mercredi en conseil des ministres, qui va faire de l'EXPULSION (et non "éloignement") la priorité numéro 1 (cf. http://www.infomigrants.net/fr/post/7585/greve-a-l-ofpra-on-porte-atteinte-au-droit-d-asile-en-faisant-passer-les-demandeurs-pour-de-potentiels-fraudeurs)...

IL EST PLUS QUE TEMPS DE LANCER LA RIPOSTE !

Ne laissons pas plus longtemps Collomb et cie attaquer les droits fondamentaux sans agir !

Une date : ce Mercredi 21 février !

Ce jour sera celui du deuil national des Droits des étrangers.
  • Modalité de participation : accrochez des draps/tissus noirs partout dans votre ville, à vos fenêtres, sur les abribus, devant les bâtiments officiels.
  • Pour celles et ceux qui sont disponibles, Rendez-vous à 13h au métro Anatole France, pour une action avec le Collectif de soutien aux personnes sans-papiers de Rennes (pour plus d'informations : https://www.facebook.com/events/322467264940674/)



FACE AU CYNISME ET A L’INHUMANITÉ, RÉSISTONS !


LA SOLIDARITÉ EST NOTRE FORCE !

lundi 12 février 2018

Manifestation contre l'extrême-droite et soutien aux "fiché.e.s"

Pour participer aux frais de justice et pour soutenir les militant.e.s fiché.e.s : 

Rendez-vous Samedi 24 mars à 15h Place de la Mairie !

Depuis plusieurs années, des groupes d’extrême droite "s’amusent" à ficher différentes personnes. Sur un mode journalistique plus ou moins convaincant, les photos de ces personnes et leurs "biographies" sont diffusées sur les réseaux sociaux. Pour certaines d’entre elles, des adresses sont données afin de les trouver et des menaces de mort fleurissent dans les commentaires d’extrême droite.

Ce sont les membres des organisations soutenant les migrant.e.s qui font l’objet du fichage le plus systématique mais, simultanément, ce sont aussi des personnes participant aux réseaux féministes, LGBT, syndicaux, d’extrême gauche, de gauche ; mais aussi des gens se pensant comme de "simples citoyens". De même, plusieurs personnes sont aussi ciblées pour leurs activités artistiques (radio, musique, etc.) ou leurs activités de recherche dans des laboratoires universitaires (faisant la promotion, selon l’extrême droite, de "la théorie du genre" et de l’immigration). Selon l’extrême droite, toutes ces personnes auraient en commun d’être des "fonctionnaires" ou, à défaut, des "asociaux" ou des "travailleurs subventionnés".

Pour l’instant et pour la seule Bretagne, plus d’une trentaine de personnes font l’objet d’un tel fichage public, notamment de la part d’un "site de presse" qui s’appelle Breiz Atao et qui se présente comme "Le Quotidien de l’Etat National Breton". Ce fichage prend la forme de "notes de renseignement" accompagnées de commentaires menaçants ou d’éditoriaux appelant à "détruire l’extrême gauche", à "repérer, identifier, détruire […] les derniers lépreux du gauchisme", ces lépreux étant avant tout "de maigres cohortes de pouilleux composés de marginaux édentés, de drogués, de SDFs en état d’ébriété avancé, de fonctionnaires petit­bourgeois, de lesbiennes hystériques et autres sodomites patentés". Pour Rennes, la "note de renseignement", dans laquelle nous sommes une vingtaine à apparaître, vise à ficher "des éléments marxistes et apparentés en faveur de l’afro­islamisation de la Bretagne" et se définit comme "une première liste des activistes les plus engagés à Rennes".

Pour tous les départements bretons, ce fichage existe. Des gens de Brest, de Fouesnant, de Lannion, de Quimper, de Saint­-Malo, de Scaër, de Rennes sont visé.e.s. Et nous craignons que d’autres listes sortent dans l’avenir si nous ne réagissons pas avec la plus grande détermination. C’est pourquoi, un peu partout, "les fiché.e.s" ont déposé plainte, avec l’aide d’avocat.e.s. Le site a été déréférencé de Google et son principal rédacteur a été condamné, dans d’autres affaires, à plusieurs années de prison ferme (auxquelles il a échappé car il vit à l’étranger d’où il lance ses fichages via les réseaux sociaux). Nous avons aussi porté plainte à Rennes. Notre démarche est en train d’aboutir puisque le Procureur de la République vient, en octobre 2017, de solliciter le renvoi du rédacteur du journal Breiz Atao devant le tribunal correctionnel pour diffamation, injure et provocation à la commission de crimes ou de délits. Nous sommes désormais dans l’attente d’un procès. Il doit aboutir – nous l’espérons – à la suppression pure et simple de notre fichage mais aussi à la condamnation des pratiques de l’extrême droite.

Mais une éventuelle victoire juridique ne serait pas suffisante. Nous continuons de penser que l’ensemble des forces démocratiques doivent faire une démonstration publique d’envergure afin que l’extrême droite et ses pratiques ne soient pas gérées par la seule institution judiciaire. C’est pourquoi les fiché.e.s de Rennes appellent les individus, les associations, les syndicats et les partis politiques à manifester contre l’extrême droite et le fichage qu’elle pratique. Il s’agit d’un enjeu politique majeur, à la fois démocratique et antifasciste.





A l'appel des "fiché.e.s" de Rennes, avec le soutien de :
Association France­ Palestine Solidarité Rennes, Al Houda, Alternative Libertaire Rennes, Association des Travailleurs Magrébins de France, ATTAC Rennes, Centre Gay, Lesbien, Bi & Trans Rennes, Coordination régionale Bretagne­ Pays de Loire­ Normandie solidaire des personnes immigrées, Confédération Nationale du Travail 35, Conseil des Migrants, Europe Ecologie Les Verts Rennes, Ensemble 35, Fédération Anarchiste Rennes, France Insoumise, Fédération Syndicale Unitaire 35, Mouvement des Jeunes Communistes Rennes, Maison de la Grève, Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples, Mouvement international pour le développement de l'Afrique francophone, Mouvement pour la Paix, Nouveau Parti Anticapitaliste 35, Parti Pirate Bretagne, Parti Communiste Français Rennes, Parti de Gauche, Planning Familial 35, Québriac Migrants Solidarité, Solidaires 35, Un Toit c'est Un Droit

Vernissage exposition "Trajectoires"

Jeudi 15 février à 18h, à la BU de Rennes 2, vernissage de l'exposition photo et scientifique autour des Jardins de la Poterie !

Les ancien.ne.s habitant.e.s seront présent.e.s et vous prépareront leurs spécialités ! En partenariat avec la Fondation Abbé Pierre, les chercheuses de l'ANR Migsan et le photographe François Le Page.

Pour plus d'informations : Vernissage "Trajectoires"




Venez nombreu.ses.x !

dimanche 21 janvier 2018

Appel aux dons - Campagne Hiver 2017-2018

L'AG annuelle d'Un Toit c'est Un Droit a eu lieu vendredi 19 janvier, devant une cinquantaine de personnes à la MIR.

Un bilan de nos actions sur l'année 2017 a pu être présenté, ainsi que le bilan comptable.

C'est de ce point de vue que les choses ont sensiblement le plus bougé au sein de l'association : du fait du nombre de logements dans lesquels nous sommes investis, conventionnés et donc avec une participation financière, nos dépenses ont été multipliées par trois entre l'exercice 2016 et 2017.

Quand bien même nous recevons des subventions de soutien, et que nous partageons les factures sur certains des logements, il en résulte des dépenses très importantes pour notre association au budget limité.

En bref, nous ne pouvons pas assurer toutes nos dépenses. Ou du moins, pas sans vous.



Ainsi, pour pouvoir finaliser les travaux dans certains des logements que nous mettons à disposition des sans-abri et pour leur garantir du chauffage et de l'eau pour pouvoir vivre dignement, nous lançons un appel à la solidarité citoyenne !

Cette campagne connaît deux modalités : un don ponctuel classique, ou si vous le souhaitez/pouvez, un don mensualisé. L'avantage étant de pouvoir s'offrir une vision sur le moyen-terme financièrement parlant.


Pour que les personnes puissent sortir de la rue et vivre de manière digne dans un logement décent !

N'hésitez pas à en parler et à partager autour de vous, au plus grand nombre !


La solidarité est notre force !


UN TOIT C'EST UN DROIT !

Chantier Solidaire

Besoin d'un coup de main sur le chantier de la dernière maison !

Nous sommes en train de finaliser les travaux des maisons dont nous avons la gestion. Beaucoup de travaux ont été nécessaire pour remettre aux normes les différents logements, mais on en voit le bout, et les habitant.e.s ont commencé à s'y installer.

Toutefois, il nous reste un dernier coup de collier sur une des maisons, c'est pourquoi Un Toit c'est Un Droit et les habitant.e.s vous invitent à un chantier solidaire !
Celui-ci aura lieu Samedi 27 janvier, avec deux rendez-vous : 10h et 14h.

Au programme, allers-retours à la déchetterie avec des déchets verts (Voitures avec remorques appréciées) et pose d'un dallage dans une des pièces.

Pour ceux et celles qui sont du matin :
Rendez-vous à 10h devant le Conseil Régional, 283 Avenue du Général George S. Patton.

Pour les autres :
Rendez-vous à 14h, même endroit !



LA SOLIDARITÉ EST NOTRE FORCE !

dimanche 7 janvier 2018

Assemblée Générale Annuelle d'Un Toit c'est Un Droit

Pour l'association Un Toit c'est Un Droit, l'année 2017 a été chargée : 

Gestion des Jardins de la Poterie, organisation du relogement des habitant.e.s, gestion de nombreux lieux d'hébergement, occupation du gymnase Echange pendant 2 mois à la rentrée, aménagement de nouvelles maisons sous convention... et depuis le mois de décembre, de (trop) nombreuses sollicitations de personnes sans-abri.

Tout cela demande beaucoup d'énergie, amène de belles rencontres, quelques victoires, un grand mouvement de solidarité, et beaucoup d'interrogations. 
Interrogations sur les choix des orientations de nos actions, sur l'avenir du collectif d'organisations qui s'est constitué autour des Jardins de la Poterie et du gymnase, sur le financement des maisons que nous gérons... Dans un contexte de grande inquiétude sur les orientations politiques de la politique migratoire du gouvernement.

Pour faire le bilan de tout cela, réfléchir à la suite de notre engagement, et solliciter l'aide de tou.te.s selon les souhaits et possibilités de chacun.e, 
l'Association Un Toit c'est un Toit invite ses adhérent.e.s et sympathisant.e.s à son assemblée générale annuelle le vendredi 19 janvier à 19h00 dans l'auditorium de la MIR.



En attendant, une bonne année 2018 à tou.te.s !

Rennes, Un Toit C'est un Droit !

Ouverture du centre d'hébergement des Jacobins !

C'est la rentrée !

Si Macron n'a pas tenu sa promesse de "aucune personne à la rue le 31 décembre", il y a toutefois quelque chose à célébrer :
L'ouverture d'un centre d'hébergement des congrès place Sainte-Anne !


Enfin un grand projet utile à destination des plus précaires !
Célébrons ensembles l'ouverture du Couvent des Jacobins !


(Ou du moins, soyons nombreu.ses.x à exiger sa mise à disposition : imaginez ce qu'on peut faire avec 4000m² d'espace, un auditorium avec 1200 places... Ça laisse rêveur.)

RENDEZ-VOUS : MERCREDI 10 JANVIER, 19h, PLACE SAINTE-ANNE !

Cf. le lien vers l'événement : https://rennes.demosphere.eu/rv/13184 


UN CENTRE INCONDITIONNEL, MAINTENANT !

mercredi 13 décembre 2017

Mirmand, le "bienveillant"

Selon M. Mirmand, préfet de Bretagne, l'accueil des personnes migrantes à Rennes a été "bienveillant"... Article de Ouest-France ici

L'accueil a été "bienveillant" ?!!

Le préfet fait bien de préciser que "les communes se sont mobilisées, comme les associations".

Parce que la "bienveillance" préfectorale, alors même que des dizaines de personnes n'ont pas de solutions de logement, que des mineurs sont privés de scolarité et qu'une chasse administrative est menée... Ca serait se moquer du monde !



Au passage, on note toujours cette même stigmatisation à l'encontre d'une nationalité... "Bienveillance" toujours !

Pour rappel :
" Article 225-1 du code pénal, Section 1 : Des discriminations
Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques ou entre les personnes morales sur le fondement de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de la particulière vulnérabilité résultant de leur situation économique, apparente ou connue de son auteur, de leur patronyme, de leur lieu de résidence, de leur état de santé, de leur perte d'autonomie, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur capacité à s'exprimer dans une langue autre que le français, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une prétendue race ou une religion déterminée."


OUVERTURE D'UN CENTRE 24h/24 INCONDITIONNEL, MAINTENANT !


vendredi 8 décembre 2017

Gérard Collomb, l'humaniste...

Le programme de Gérard Collomb en matière migratoire a été dévoilé dans un article de Ouest-France : https://www.ouest-france.fr/societe/immigration/gerard-collomb-demande-aux-prefets-d-accelerer-les-expulsions-de-migrants-5425324 

Un programme brutal qui met en avant le renoncement du respect des droits humains fondamentaux, et qui contient les germes de ce que les associations craignent : la sur-utilisation de l'enfermement et des assignations à résidence comme mode légitime d'administration de la problématique des migrations.
En sous-texte, l'abandon progressif de la mission d'accueil que la France se doit d'exercer vers une "gestion des flux" déshumanisante, violente et absurde.

À celles et ceux qui en doutent encore, un gouvernement ni de droite et ni de gauche, c'est bien un gouvernement de droite.





SOYONS NOMBREU.SES.X À DIRE NON !


Petit florilège de citation dignes du pays des Droits de l'Homme (cf. article) :

« La lutte contre l’immigration irrégulière est une priorité de l’action gouvernementale » 
« exigence de fermeté et d’efficacité énoncée le 12 juillet en Conseil des ministres, notamment pour assurer l’éloignement des étrangers en situation irrégulière » 
« Dans ce contexte les étrangers relevant d’un autre État européen doivent être assignés à résidence dès la présentation au guichet unique, ajoute le texte, qui appelle à mobiliser les dispositifs d’hébergement dédiés tels que le Prahda (Programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile) »

« Prônant un placement en rétention à chaque fois que les conditions […] seront remplies, la circulaire appelle notamment à avoir davantage recours au placement en local de rétention administrative »

La solidarité est notre force !

mercredi 6 décembre 2017

CR Rassemblement - Personne à la rue cet hiver !

Hier soir, 150 personnes se sont rassemblées devant l'Abri de Nuit, pour affirmer leur soutien aux personnes sans toit.

On a pu rencontrer et discuter avec l'équipe qui travaille à l'Abri. Nous avons eu confirmation que pour la deuxième nuit consécutive, celui-ci est complet.



Si hier soir, fort heureusement, personne n'a dormi à la rue, le pire est à craindre pour les semaines qui viennent, lorsque la température sera négative tous les soirs.

Nous exigeons de la part de la Préfecture une totale transparence sur le dispositif hivernal d'hébergement d'urgence, et, plus que jamais, maintenons la pression pour l'ouverture d'un centre d'accueil inconditionnel ouvert pas seulement de 22h30 à 7h30, mais 24h/24 !

Point rassurant : 150 personnes qui se rassemblent à une heure aussi tardive pour faire preuve de leur solidarité !

Soyons toujours plus nombreu.ses.x à dire non ! Face à l'inaction, montrons notre détermination !



Point agenda :

Action du Collectif de Soutien des Personnes Sans-Papiers : cet après-midi, 16h, Champs Libres.

Pas de réunion UTUD ce soir à la MIR.

Prochaine réunion : Inter-organisations lundi 11 décembre, 18h à la MIR



Personne à la rue cet hiver !

mardi 28 novembre 2017

Rassemblement : Personne à la rue cet hiver !

Depuis la fermeture du gymnase Echange, un nombre alarmant de personnes (sur-)vit sans toit à Rennes.

A toutes les permanences associatives, chaque semaine, ce sont des gens à la rue qui viennent nous faire part de leur détresse.
L'hébergement d'urgence, le 115, est toujours saturé. Pendant ce temps, ce sont des dizaines et dizaines de personnes, parfois des familles avec enfants en bas âge, qui viennent nous solliciter parce que les autorités ne sont pas à même de (ou ne veulent pas) trouver des solutions.

Cette situation dramatique, à quelques semaines du début de l'hiver, n'est pas observée uniquement à Rennes. En témoigne les mouvements d'occupation lancés dans différentes universités en France (Clermont-Ferrand, Lyon, Nantes...). Combien de temps encore les associations et citoyen.ne.s devront-elles contrevenir aux manquements et désengagements de l'Etat?

Mardi 5 décembre, l'Abri de Nuit d'hiver ouvre ses portes à Rennes. La Préfecture met ainsi une trentaine de places à disposition pour les personnes à la rue tous les soirs entre 22h30 et 7h30. Une trentaine de places, autant dire à peine le tiers de ce qu'il faudrait...
La récente mobilisation pour les personnes du gymnase Echange l'a montré : nous sommes des centaines à ne plus pouvoir accepter que des gens vivent à la rue !

Ce mardi 5 décembre, à l'occasion de l'ouverture de l'Abri de Nuit hivernal, soyons des centaines à nous rassembler pour dénoncer cette situation intolérable ! Personne à la rue cet hiver !

Rendez-vous à 21h45, au Carrefour Hôtel-Dieu, rue d'Antrain.


UN TOIT POUR TOU.TE.S !

mardi 21 novembre 2017

Communiqué : Pas de sélection dans la mise à l'abri !

Certaines associations ou personnes, depuis quelques semaines, nous communiquent qu'elles sont prêtes à héberger des migrant.e.s dans un de leurs biens. Toutefois, elles précisent qu'il faudrait que ce soit des migrant.e.s triés selon certains critères.

En ce qui concerne l'association Un Toit c'est Un Droit, nous souhaitons œuvrer pour le respect du droit au logement pour tou.te.s et accompagner les personnes (toutes les personnes) dans la recherche d'un abri le plus digne possible, et cela sans aucune sélectivité.

Dans ces conditions, ces associations ou personnes doivent comprendre que nous ne pouvons accepter leur proposition discriminante : ce serait à la fois nous discréditer définitivement auprès du public que nous accompagnons mais également auprès de bon nombre d'organisations partenaires.

Si ces associations ou personnes souhaitent restreindre l'aide qu'elles apportent à un public limité, qu'elles souhaitent sélectionner selon des critères qui leur sont propres, nul doute qu'elles trouveront aisément des associations plus proches de leurs souhaits sur Rennes. Nous ne pouvons que les orienter vers celles-ci.

En ce qui nous concerne, nous nous refusons à faire quelque tri que ce soit parmi les gens dans le besoin : tou.te.s sont nos frères et sœurs humains, sans aucune hiérarchie.

UTUD

lundi 20 novembre 2017

Assemblée Générale - Un Toit c'est Un Droit

Tout au long de l'année passée, un formidable courant de solidarité s'est manifesté autour des Jardins de la Poterie, il s'est poursuivi durant l'été et a repris des forces à la rentrée avec l'occupation du gymnase d'Échange.

Certes, nous n'avons ni gagné un relogement pour tou.te.s, ni obtenu la fermeture des CRA, ni l'ouverture d'un centre d'accueil permanent et inconditionnel.

Cependant, malgré la dureté de la préfecture, la mobilisation a permis d'obtenir de petites victoires : aucun habitant.e de la Poterie à la rue après sa fermeture, accueil de familles du gymnase (et même de célibataires hommes) en CADA. L'expérience de la Poterie a également permis un élargissement de notre audience dans la société civile : soutien d'un nombre croissant d'organisations et, même, de municipalités et de privés qui proposent désormais des solutions de logement.

Rien de tout cela n'aurait été possible sans votre apport à tou.te.s. Merci encore !

Aujourd'hui, avec le retrait des organisations de la gestion du gymnase, la préfecture et la mairie reprennent leur petit « train-train » : « Des gens à la rue ? Pas notre problème, pas assez de places pour tout le monde et surtout pas pour les sans-papiers ». Il nous faut donc transformer l'essai et obtenir l'ouverture d'un centre d'accueil pérenne et de qualité pour tou.te.s.

Que ce soit pour la gestion des lieux où ont pu être relogé.e.s certain.e.s migrant.e.s ou/et pour l'organisation de la bataille revendicative, nous avons besoin de tou.te.s. Nécessaire aussi de réfléchir ensemble à des questions de fond sur nos orientations. Pour la continuité et la force de notre action commune, nous avons besoin de faire toute leur place à tou.te.s et , en particulier, aux jeunes et à tous les bénévoles qui se sont investi.e.s autour du gymnase.


Rendez-vous donc JEUDI 23 NOVEMBRE à 19 h à la MIR
(7 quai Chateaubriand à Rennes, métro République)






Solidairement,
UTUD

lundi 6 novembre 2017

Communiqué : Après le gymnase, la lutte continue !

La lutte continue ! 

Le premier novembre comme prévu, les associations se sont retirées de la gestion du gymnase du collège Échange, occupé par des migrant.e.s sans hébergement depuis le 8 septembre. La veille, la préfecture avait proposé des hébergements en hôtel à 15 familles soit 18 adultes et 17 enfants. La mairie a pris en charge 4 familles. Un toit c'est un droit a relogé 10 personnes en hébergement solidaire. Il reste encore au gymnase 45 personnes dont 11 enfants, sous la surveillance d'une société de gardiennage pour éviter l'installation de nouveaux arrivants.

Depuis le début de l'occupation, la préfecture a trouvé des places dans un dispositif dédié à 56 demandeurs d'asile accompagnés de 27 enfants. Cette mise en application de la loi grâce à la pression des associations lors de cette occupation, doit désormais se poursuivre...

Le même jour, nous apprenions que l'ouverture de l'accueil de nuit, qui aurait dû intervenir ce 1er novembre, début de la période hivernale, n'aurait lieu que le 1er décembre. 

Pour organiser la protestation contre ce retard incompréhensible, alors que les associations alertent depuis 2 mois sur l'urgence, pour continuer la lutte et réclamer encore l'ouverture d'un lieu d'accueil inconditionnel 24 h sur 24, et toute l'année dont la nécessité n'est plus à démontrer ici et ailleurs, les associations se sont donné rendez-vous le 9 novembre. Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des suites données.

La solidarité matérielle aussi

 Au gymnase : il est désormais impossible de pénétrer dans les lieux sans être inscrit sur la liste de la compagnie de sécurité mais il est toujours possible, à titre individuel, de passer voir nos amis, de les dépanner sur les produits de première nécessité et, surtout, de leur montrer qu'on ne les oublie pas.

Vendredi 10 novembre, 10 h-midi, 14 h- 18 h : chantier solidaire dans les maisons qui sont prêtées aux migrants (rendez-vous à 10 h et 14 h devant l'hôtel de région, rue Patton). Au programme : nettoyage, jardinage, remise en état et installation. Toute contribution est bienvenue : y compris la livraison de repas froid pour les travailleurs ! On peut aussi venir avec sa trousse à outils, du matériel de nettoyage ou de jardinage, etc.

RESTONS MOBILISÉ.E.S !
LA LUTTE CONTINUE !

lundi 23 octobre 2017

Rassemblement de soutien aux migrant.e.s du gymnase : Un Centre, maintenant !

A partir du 1er Novembre, les organisations ne feront plus le travail de l'Etat !

Depuis le 8 septembre, plus de 70 personnes sans toit ont trouvé refuge dans le gymnase Echange, dans le centre-ville rennais. Soutenues par des associations, des collectifs, des syndicats, des partis et par plus de 200 citoyen.ne.s, force est de constater que la situation d'urgence n'est pas considérée par les autorités.

Alors que l'hiver arrive, il est inconcevable qu'autant de personnes (sur-)vivent dans un gymnase !

A l'occasion du début de la trève hivernale, et du retrait de la gestion du gymnase des organisations, rassemblons-nous, mardi 31 octobre à 18h, à République, pour exiger l'ouverture d'un centre inconditionnel 24h/24 pour permettre l'accueil digne des personnes à la rue !

A l'Etat de prendre ses responsabilités !




UN CENTRE, MAINTENANT !

lundi 16 octobre 2017

Communiqué de presse : NON A L'IMMOBILISME

Le 8 septembre dernier, un groupe d'environ 70 migrant.e.s à la rue, dont une écrasante majorité de demandeu.ses.rs d'asile, occupait le gymnase municipal d'Échange, rejoint quelques jours plus tard par un jeune français, sans hébergement lui non plus.

Alors que la loi fixe un délai de 3 jours (pouvant au maximum être étendu à 10) pour l'enregistrement des étranger.e.s en préfecture, celui-ci s'étale aujourd'hui sur près de 2 mois. Alors que l'État a obligation de loger les demandeu.se.rs d'asile, une femme seule avec un bébé attendait une place en CADA… depuis un an et demi ! Par ailleurs, le code de l'action sociale fait également obligation de loger de manière inconditionnelle toute personne en situation de détresse mais plus de la moitié des demandes d'hébergement d'urgence reçoit une réponse négative, alors même que les structures d'accueil existent à Rennes mais restent désespérément closes.

Face à cette situation, un collectif de 16 organisations rennaises se mettait en place pour accompagner les personnes à la rue dans leur occupation du gymnase et dans la revendication de leurs droits. La mairie de Rennes, quant à elle, décidait de ne pas demander l'expulsion et de soutenir elle aussi la demande d'un centre d'hébergement ouvert 24 h sur 24, toute l'année, de manière inconditionnelle pour tous.

Trois semaines après le début de l'occupation du gymnase, le préfet accordait -enfin !- un rendez-vous aux associations, leur déclarant que pour lui « il n'y avait pas de situation d'urgence » puisque les gens n'étaient pas physiquement à la rue et qu'il était « personnellement opposé » à l'ouverture d'un centre de mise à l'abri, sauf s'il en recevait l'ordre du gouvernement.

Certes, l'occupation du gymnase a permis d'obtenir quelques places en CADA mais on est très loin du compte et le 115 est toujours aussi saturé.

Les associations ont fait ce qu'elles ont pu depuis près d'un mois et demi, largement soutenues par la population (près de 200 bénévoles ont assuré, sans discontinuer, des permanences 24 h sur 24 et la livraison de repas quotidiens!). Mais, aujourd'hui, les organisations refusent de servir de prétexte à l'immobilisme de la préfecture : à compter du 1° novembre (début de la trêve hivernale), elles se retireront de la gestion du gymnase pour la confier à la préfecture. Monsieur le Préfet d'Ille-et-Vilaine a donc 15 jours pour se mettre au travail pour respecter la loi : nous ne le ferons plus à sa place !

Le retour du gymnase à sa vocation première (celle de la pratique sportive pour les enfants des écoles du quartier) sera fêté lors d'un tournoi amical de football en salle le samedi 21 octobre.


UN CENTRE OUVERT 24h/24 INCONDITIONNEL, MAINTENANT !

Liste des signataires :
Ensemble, ACE, CCFD-Terre Solidaire, Un Toit c'est Un Droit, MRAP, DAL 35, MJCF, CRIDEV, PG, FI, Utopia 56, FSU 35, Bienvenue, EELV-Rennes, AL, CNT, NPA

dimanche 24 septembre 2017

Pique-nique à la Préfecture

ON A TOUT ESSAYE !

Les occupations amies (MJC Bréquigny, le local Solidaires, Pontchaillou, la Maison Verte de Villejean...), l'occupation du gymnase Echange (depuis plus de 2 semaines), la DDCSPP (Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Personnes, 2 fois !), les foyers d'hébergement d'urgence (2 et évacué.e.s par la police !), les lettres, les rassemblements, le conseil municipal, la pétition, aller voir les député.e.s...



TOUT !

Mais rien ne bouge.
Enfin si, des rumeurs par-ci, par-là. Des familles qui nous informent avoir été contactées par la Préfecture, des responsables administratifs ou des élu.e.s qui nous donnent des nouvelles du dossier, du conditionnel à toutes les sauces...
Mais la Préfecture refuse systématiquement de s'adresser à nous !
Est-ce là une stratégie pour empêcher les migrant.e.s de se former en collectif et d'avoir des revendications? Pour favoriser l'isolement et la compétition à l'encontre de l'action collective et la solidarité?

Refusons cette politique cynique, et l'inaction feignante du Préfet !

Nous, migrant.e.s du gymnase Echange et collectif de soutien, appelons à un rassemblement mercredi 27 septembre à 12h, devant la Préfecture.
Il s'agit de s'attaquer aux responsables de cette situation, ceux qui ont le devoir d'agir conformément à la loi, ceux qui ont l'obligation de mettre à l'abri les personnes.

TOU.TE.S A LA PREFECTURE !



UN CENTRE D'ACCUEIL OUVERT 24H/24 DE MANIERE INCONDITIONNELLE MAINTENANT !


(Ramenez de quoi manger et de quoi boire, de quoi faire du bruit, de quoi s'amuser...)

jeudi 21 septembre 2017

Retour sur les événements d'hier

Hier, à 16h au gymnase, plus de 150 personnes se sont mobilisées pour affirmer leur soutien aux migrant.e.s du gymnase Echange.
Un nombre impressionnant, qui démontre que cette situation est intolérable aux yeux de beaucoup, et que la solidarité est notre force !



Après avoir exposé un rapide résumé de la situation, 3 groupes de 20 à 30 personnes se sont formés, dans l'idée de lancer trois occupations simultanées dans les foyers d'hébergement d'urgence de Rennes.
Un premier est parti vers Mr. Vincent, au Blosne.
Un second vers l'Abri, rue Papu.
Et un troisième à l'Adoration, rue d'Antrain.



Le groupe de l'Adoration a pu discuter avec des membres de la direction de Saint-Benoît Labre. Au cours de la discussion, les éléments suivants ont émergé :
  • La Préfecture s'intéresserait (conditionnel de mise) à la situation de 17 ménages demandeurs d'asile, avec potentielle prise en charge.
    Du côté de l'Abri, on parlerait de 28 personnes qui pourraient être prises en charge par la Préfecture. (Les deux chiffres ne sont pas incohérents)
  • Il y aurait convocation des migrant.e.s dont la demande d'asile a été déboutée à Mr. Vincent, aujourd'hui, pour diagnostic social.
  • Pour novembre, il devrait y avoir la création de 40 places d'hébergement d'urgence supplémentaires, et quelques places d'ouvertes pour des femmes seules avec enfants, qui seraient pérennisées après l'hiver.




En ce qui concerne les groupes qui sont allés à Mr. Vincent et à l'Abri :
  • A Mr. Vincent, deux places disponibles au moins (chambre 14)
  • A l'Abri, 6 places disponibles, qui ne sont pas attribuées pour "conserver une atmosphère conviviale et familiale".
  • Dans les deux cas, les groupes sont restés sur place pendant deux heures, avant de devoir quitter les lieux avec l'arrivée de la police, comme il a été convenu en AG sur place avec les migrant.e.s.


Le groupe de l'Adoration est quant à lui parti au bout d'une heure et demi d'occupation, après avoir constaté :
  • Un des bâtiments du complexe de l'Adoration, immense (ancienne école sur deux étages, salle de cours et dortoirs) et vide. Pas aux normes selon la direction de Saint-Benoît Labre, et ils n'en sont pas responsables : l'ancienne école a été rachetée par un promoteur.



Après avoir constaté le manque de places par nous-mêmes, exigeons ensemble l'ouverture d'un centre d'accueil inconditionnel ouvert 24h/24 et l'embauche de travailleur.se.s sociaux !
La mobilisation qui a lieu hier, si elle n'a pas débouché sur des relogements, a néanmoins fait preuve d'une véritable démonstration de force et de solidarité !
Autant de personnes mobilisées, c'est une victoire contre la politique d'invisibilisation des migrant.e.s, mise en place par la Préfecture.

Le combat continue ! Ne lâchons rien jusqu'à l'obtention du relogement de tou.te.s !

Prochain RDV : inter-orga ce soir à 18h au gymnase Echange.


UN TOIT POUR TOU.TE.S