lundi 22 avril 2013

Sans abris : alerte et mobilisation citoyennes

video

Quand bien même nous avons appris que 62 places d'hébergement d'urgence du plan hivernal étaient provisoirement maintenues, ce dont nous nous félicitons, la situation demeure franchement catastrophique.
Depuis le 10 avril, une quarantaine de personnes, dont des femmes enceintes et des enfants en bas âge, se retrouvent sans hébergement chaque soir. Elles n'ont eu comme solution pour s’abriter que d'occuper des bâtiments publics. Suite aux deux expulsions de gymnases ordonnées par la Ville de Rennes, sans aucune proposition de relogement, l'association Un toit c'est un Droit s'est vue contrainte d'engager des occupations de lieux gérés par des associations  : Carrefour 18 du 10 au 19 avril, puis maintenant celle du Triangle. Cependant cette alternative ne peut durer.
Bientôt, ces personnes vont de nouveau se retrouver à la rue. Les autorités portent l'entière responsabilité de ce trouble à l'ordre public et doivent impérativement garantir la sécurité de ces personnes mais aussi celle de l'ensemble de la population rennaise.
C'est pourquoi nous demandons une nouvelle fois à la préfecture et à  la mairie de Rennes de prendre enfin la mesure du problème, d'y remédier concrètement et immédiatement.
Des solutions peu onéreuses d'hébergement peuvent et doivent être mises en place rapidement.
Les associations, dont Un Toit c'est un Droit, sont tout à fait disposées à  une rencontre sur cette question.
Nous appelons les différentes organisations concernées, impliquées dans la lutte pour la garantie des droits fondamentaux et pour le respect de la dignité humaine et toutes celles scandalisées par le fait que ce ne soit plus le cas à signer cet appel avant le vendredi 26 avril à midi et d'indiquer clairement si elles souhaitent êtres représentées lors de cette rencontre.
Cette appel sera transmis le 26 avril aux autorités compétentes, Ville de Rennes et préfecture.
Nous vous prions de bien vouloir diffuser cet appel le plus largement possible.
Ensemble exigeons le respect de tous






1 commentaire:

  1. Je demande au Gouvernement français de ne pas faire la chasse aux pauvres mais à la pauvreté.
    Je demande que l'on ne fasse pas aux autres ce que l'on ne supporterait pas pour sa propre famille.
    Je demande le respect des générations futures et le droit pour tous les enfants d'être élevés dignement.

    RépondreSupprimer